September 26, 2012

"Bijection…"

Sans l’un nul espoir
D’avoir son pendant
Quand l’autre est absent
L’un dit au revoir

Duo en miroir
Dans le même plan
L’un l’autre écrivant
Leur unique histoire

Comment vit le noir
Sans son jumeau blanc
Connaître le blanc
Comment sans le noir

7 comments:

  1. Voir un arc en ciel peux-être ?

    Un poème double dans le trouble du miroir éteint.

    //// Une bonne après-midi tout en souffle.


    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci L.S. pour ton commentaire si pertinent, une fois de plus :-) Encore que pour l'arc en ciel j'ai quelques doutes ;-)
      Bon après-midi à toi également. Bises.

      Delete
    2. Je pensais au propriétés physique des ondes lumineuses de l'arc en ciel.

      Delete
    3. J'avais bien compris L.S. :-) Certes le blanc et, dans une moindre mesure, le noir (l'absence de toute lumière) sont latents dans l'arc-en-ciel, mais latents seulement, autrement dit invisibles. Et l'arc-en-ciel n'aide à voir ni le noir ni le blanc ni leur complémentarité. En revanche, pas de jour sans la nuit et réciproquement. Enfin c'est mon avis :-) Mais il est possible que je n'ai pas tout saisi. En fin de journée j'ai le cerveau lent :-D

      Delete
  2. C'était pour une possibilité nouvelle quand le blanc se manque du noir et inversement ;-)

    ReplyDelete
  3. Sans l'obscurité que serait la lumière sinon une blessure. Saurions-nous apprécier le doux s'il n'y avait l'amertume, l'amour s'il n'y avait sa jumelle la haine ou sa triste cousine, l'indifférence.

    Encore un bien joli texte, à lire en abîme pour en débusquer les secrets trèsors.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci encore Désirée pour tes mots brillants dans l'obscurité :-) Dans l'abîme : tout est là !

      Delete