October 25, 2014

"L’enclos-porte…"


Sur le chemin mille fois parcouru, 
parmi les accidents, les préjudices,
tu traques
tête basse les indices
qui débusqueraient une idée recrûe ;
 
tu fouilles sous les replis advenus,
sur les traces
d’antécédents auspices
dont te souviens encor
des vents propices
t
e ballottant par des mers inconnues,
 
vers cette porte de l’inspiration
claustrant à double tour le souffle d’air
indispensable à ta respiration ;
 
qui ne cède guère à l’anhélation
sifflante de tes suçoirs à éther
qu’au dernier spasme de suffocation.

October 17, 2014

"Lever d’encre…"


Voilà ! De son étambot majuscule
à son étrave corpuscule,
ton navire est désormais verrouillé :
une île appareillée,
toute amarre larguée. Sauf ce fil qui persiste
entre pantin et marionnettiste,
se tend comme la nef se fond en l’horizon,
comme un nouveau creux agrandit ta maison.

Resté à quai, tu brandis un mouchoir,
cherchant des yeux l’autre bout de l’au revoir.
Impression de déjà-vu, de sans issue,
d’être soudain toi-même ces deux doigts de tissu
hissés, affalés, cette piètre voile de chiffon usé
que tu claques au vent jusqu’à la nausée ;
jusqu’à l’angoisse qui te submerge :
du souffle t’arrachant des bras de la berge !


October 03, 2014

"Les mots-ptysie…"


Induit par tes croix quotidiennes,
s’accumule au fond du cerveau,
dans cette pile à joies et peines,
un courant continu de mots.

Jusqu’à ce qu’une borne à vif
soudain rencontre un conducteur,
relance l’engin disruptif
et décharge l’alternateur.

Ainsi tes électrons s’échappent,
n’ayant d’autre choix qu’essaimer
vers le récepteur qui les happe

par cette prise au dépourvu
– à haut risque de t’enflammer
si un court-circuit imprévu !