January 30, 2012

"Cristal liquide..."


Les photographies que j’aime sont des images plutôt banales, des points de vue très ordinaires, représentant des choses que tout le monde connaît et côtoie au quotidien. Des choses a priori sans intérêt, disséminées dans les lieux communs de nos existences. Mais qui m’attirent justement parce que personne ou presque n’y prête attention : des choses occultées par l’angle mort des habitudes.

En fait, ces photographies ressemblent beaucoup aux mots que j’aime. Des mots simples, faciles, de tous les jours. Presque des bases de la langue courante utilisée par tous et partout. Des mots forcément un peu usés et patinés, mais confortables comme ces vieux habits que l’on rechigne à quitter pour les mettre au placard.

Car le mystère, j’en suis convaincu, ne réside pas dans l’extraordinaire, dans l’exceptionnel qui, aussitôt apparu, aussitôt consommé, aussitôt disparu, ne laisse aucune empreinte durable, aucune question en suspend. Le mystère au contraire est indissociable du temps, il ne peut s’établir que dans la durée. Dès lors, quoi de plus mystérieux que l’ordinaire, en permanence sous nos yeux, partout rémanent dans les décors monotones de nos instants récurrents ? Quoi de plus énigmatique que l’horizon de cette suite infinie de presque riens inlassablement mis bout à bout ; que ce puzzle interminable et patiemment assemblé, une pièce à la fois, jour après jour ? Ce puzzle tout entier résumé, autrement dit révélé, en sa dernière pièce : celle que personne ne voit jamais !

2 comments:

  1. Pfff mon commentaire à disparu ou plutôt n'a pas été édité... je retente donc !

    Tout est si juste, nous ne prenons jamais assez de temps pour regarder l'ordinaire, le quotidien, les gens... laissons donc de côté l'extraordinaire pour ne voir que la simplicité des choses, tellement plus vrai, plus juste et sincère !

    ReplyDelete
  2. Oui, c'est à force de l'ignorer parce qu'il est toujours là et que nous sommes persuadés qu'il sera toujours là (ce qui n'est pas du tout garanti), que l'ordinaire acquière aux yeux de ceux qui prennent le temps de l'observer des qualités réellement extra-ordinaires. Reste à savoir si à trop considérer les choses ordinaires, c'est-à-dire leur conférer une part d'extraordinaire, on ne court pas le risque de les dénaturer et, par suite, de les anéantir. De même ignorer l'extraordinaire ne finit-il pas par le rendre ordinaire et donc considérable ?
    Merci en tout cas Terry pour ton passage remarqué :-)

    ReplyDelete